Au mois de novembre 2019, nous avons passé deux semaines au Pérou, pays que nous rêvions de visiter depuis longtemps. En tant que novices du Pérou et de l’Amérique du Sud en général, nous n’étions même pas au courant de l’existence de l’Inca Trail et nous avons dû beaucoup nous informer avant de partir. Voyons ensemble qu’est-ce que l’Inca Trail et essayons de répondre aux questions que nous nous sommes aussi posées avant de partir. Si vous voulez lire l’histoire de notre Inca Trail, des sites Incas et de Machu Picchu, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à notre article sur l’Inca Trail jour par jour.

Qu'est-ce que l'Inca trail ?

L’Inca Trail ou chemin Inca est un sentier d’environ 45 km débutant au km 82 près de la ville d’Ollantaytambo et terminant à Machu Picchu. Il peut être parcouru en 4 ou 5 jours et il inclut trois cols des Andes (le Dead Woman’s pass à 4 200 m, Runkuracay à 4 000 m et Phuyupatamarca à 3 680 m). Il s’agit d’un sentier qui étaient parcouru lors des pèlerinages du peuple Inca pour rejoindre Machu Picchu ou par les messagers Incas; le long du sentier, plusieurs sites de dévotions ou habitations de prêtres ont été bâtis, où les personnes s’arrêtaient se reposer ou prier. Le sentier en pierre, qui est encore en large mesure l’originel, est enclos par une végétation prospère : on passe de jungles verdoyantes à d’énormes vallées avec une vue à couper le souffle, à de majestueuses montagnes enneigées. Le long du parcours on perçoit la présence de divinités telles que Pachamama - mère nature - et les Apus - les montagnes - adorées par les Incas, auxquelles nous avons offert des feuilles de coca ou la première bouchée d’un repas, un rite de remerciement que les Incas faisaient à l’époque.

La vallée du col Dead Woman's pass et le sentier inca trail
Vue depuis le Dead Woman’s pass

Vaut-il la peine ?

Voici la question principale que nous nous sommes posée et qui nous a fait réfléchir longtemps. Vaut-il la peine de dépenser tout cet argent pour une randonnée ou s’agit-il d’un attrape-touristes ? En effet, l’Inca Trail coûte en moyenne 650-750 $ pour une randonnée de 4 nuits en groupe de 16 personnes maximum et le prix augmente considérablement si l’on souhaite un guide privé.

Investir un tel chiffre dans une seule activité nous inquiétait un peu, mais au final pour nous ça a sûrement valu le coup. Il s’agit d’une de ces activités que l’on fait une fois dans sa vie et nous sommes partis du principe que si on avait fait tout ce chemin pour arriver au Pérou, pourquoi ne pas faire cette expérience unique ?

Il s’agit clairement d’un prix prohibitif pour beaucoup de personnes : il existe heureusement des alternatives de randonnée beaucoup moins chères qui peuvent être envisagées même si les entrées à l’Inca Trail devaient être épuisées. La randonnée alternative la plus célèbre est sûrement le Saltankay Trek, qui coûte autour de 350-400 $, mais nous ne pouvons pas vous donner plus d’informations, vu que nous ne l’avons pas faite. Des personnes le parcourent même sans guide, mais nous vous conseillons de bien vous informer avant de le faire tous seuls. Rappelez-vous avant de partir que l’Inca Trail est fermé pour maintenance pendant tout le mois de février qui est le mois avec les plus fortes pluies.

Quelle agence choisir ?

Premièrement, rappelez-vous que vous devez réserver l’Inca Trail bien en avance. Si vous envisagez aller au Pérou dans les mois d’été, réservez l’Inca Trail 6-7 mois en avance. Si vous y allez en baisse saison, il y a une moindre demande : nous avons réservé à peu près un mois en avance. Cela est dû au fait que les entrée au chemin sont limitées à 500 par jours, y compris les employés de l’agence, pour éviter qu’il y ait trop de monde sur le chemin. Une fois que vous avez réservé avec une agence, ils demanderont un permis aux autorités gouvernementales de votre part.

Choisir l’agence pour la randonnée est sûrement la partie la plus difficile à organiser. Le choix de l’agence est indispensable pour une bonne randonnée, donc prenez tout le temps dont vous avez besoin pour bien choisir. En cherchant sur internet on en trouve pleins avec des prix très variés. Comment choisit-on une agence qui nous garantie une belle expérience ? Nous avons adopté une approche multilatérale en utilisant tous les moyens d’informations dont nous disposions : guide Lonely Planet, blogs en ligne et avis des agences. En partant des agences suggérées par le guide Lonely Planet, nous avons fait une recherche croisée sur tous ces moyens, et nous avons rédigé la liste classique de « pour et contre » pour chaque agence. Petit à petit nous avons éliminé les agences qui avaient des avis négatifs, celles dont les prix étaient trop élevés pour nous ou qui n’ont pas répondu à nos questions par mail. Nous cherchions une agence qui pouvait nous offrir un bon compromis entre prix pas trop élevé, respect du personnel, surtout les porteurs, et respect de l’environnement. En effet, malgré que Machu Picchu soit une des zones archéologiques les plus visitées au monde, sa région reste l’une des plus pauvres du Pérou. Plein de jeunes de la communauté locale vont travailler dans les agences en tant que porteurs et transportent les sacs à dos, les tentes et le matériel essentiel lors de la randonnée, où les animaux comme les mules ne sont pas admis afin de préserver le chemin. Sur les sites internet vous pourrez aussi voir si les agences organisent des initiatives pour soutenir les communautés locales, mais il est aussi important de contrôler les avis en ligne pour voir comment les membres du personnel sont vraiment traités.

Une partie du personnel sur l'inca trail
Une partie du personnel

Au final nous avons choisi l’agence Alpaca Expeditions dont le prix inclut les porteurs (même si le prix n’était pas suffisamment bas pour soupçonner une potentielle exploitation). Si cela peut vous intéresser, les trois agences finalistes de notre classement étaient, à part Alpaca Expeditions, Wayki Trek et Llamapath. Tout s’est bien passé avec Alpaca Expeditions, avec nos deux guides et tout le personnel d’environ 18 personnes qui chaque jour s’occupaient de monter les tentes avant notre arrivée et de préparer des plats succulents.

Les agences proposent plusieurs accessoires à louer, comme des bâtons de randonnée, des matelas gonflables et des sacs de couchage. Nous n’avions pas assez de place pour ramener ce matériel depuis la maison, donc nous avons loué le sac de couchage et les bâtons de randonnée, que nous vous recommandons vivement de prendre, vu les descentes rocheuses escarpées qui massacrent les genoux. Nous n’avons pas pris en compte le matelas gonflable, puisque l’agence offrait déjà gratuitement un matelas en mousse, qui s’est avéré être suffisant pour nous. Vous allez participer à une réunion le soir avant votre départ, où ils vont vous donner un sac qui s’appelle duffel bag où vous allez mettre tout ce dont vous avez besoin lors de ces quatre jours. Lisez la question ‘quoi emmener ?’ pour découvrir ce qu’il faut mettre dans ce sac et ce dont avez besoin pendant l’Inca Trail.

Le package de notre agence incluait le billet de train panoramique retour qui depuis Aguas Calientes nous a ramené près du km 82 ; les agences offrent également la possibilité de voyager en première classe, c'est-à-dire en voitures avec des sièges plus confortables et des fenêtres plus grandes d’où on peut admirer le panorama. Nous n’avons pas choisi cette option et nous ne le regrettons pas. Le panorama est bien visible depuis les plusieurs fenêtres de la deuxième classe ; le train est très confortable et luxueux (il est réservé aux touristes) et après 4 jours de randonnée intense, vous allez sûrement vous endormir, réduisant aussi à néant le 50-70 $ que vous avez dû payer pour une meilleure vue.

Un train au milieu de la campagne avec des cactus
Le train depuis le sentier de randonnée

Enfin, une autre activité optionnelle offerte par les agences est l’entrée à Wayna Picchu, la montagne que l’on voit sur toutes les photos clichées de Machu Picchu. En payant un extra, vous pourrez grimper cette montagne et obtenir une vue inédite sur les ruines de Machu Picchu. Il faut réserver cette activité à l’avance, ce n’est pas possible de décider sur place. Nous ne l’avons pas fait, mais si vous décidez de le faire, il faut prendre en compte que vous serez fatigués après quatre jours de randonnée et que cela raccourcit la visite de Machu Picchu.

Vue de Machu Picchu
Machu Picchu avec la montagne Wayna Picchu

Où séjourne-t-on ? Est-ce que les repas et les boissons sont inclus ?

Pendant l’Inca Trail on séjourne en tente ; notre agence a fourni des tentes vertes à 4 places pour 2 personnes. Les tentes étaient donc très spacieuses et il y avait aussi la place pour nos sacs. Le personnel s’occupait de transporter les tentes et préparer le camp avant notre arrivée. Une fois arrivés, on trouvait les tentes déjà montées et nos sacs placés devant l’entrée, ainsi qu’une bassine d’eau tiède pour se laver les mains et le visage (ou les aisselles).

Tentes du camp de la première nuit, Inca Trail
Le camp de la première nuit, Inca Trail
Tente avec vue sur les montagnes lors du 2e jour inca trail
La vue depuis la tente

Pour se rassembler, une tente plus spacieuse est montée ; elle est divisée en deux parties : dans la partie la plus petite il y a la cuisine et dans la partie la plus grande il y a une grande table où tous les membres du groupe s’assoient lors des repas. Tous les repas sont inclus dans le prix, à l’exception du dernier repas qui se tiendra dans un restaurant très touristique à Aguas Calientes. Il faut avouer que la nourriture a été vraiment exceptionnelle, comme on avait lu dans presque tous les avis. Les plats étaient non seulement très bons, mais aussi très variés et il y avait de très grosses portions pour chaque repas. Le midi et le soir ils servaient 6-7 plats variés de la tradition culinaire péruvienne, ainsi que des options végétariennes. Dès que nous arrivions au camp vers 5-6 h de l’après-midi, on nous servait un happy hour avec du thé aux feuilles de coca o de muña, la menthe péruvienne, les deux étant très efficaces contre le mal d’altitude, et des popcorns fait avec le maïs autochtone du Pérou.

Sous la tente du dîner avec le groupe inca trail
La grande tente pour les repas
La nourriture lors de l’Inca Trail
La nourriture lors de l’Inca Trail

Comme il est d’usage, nous avons célébré la dernière nuit d’Inca Trail avec un gâteau préparé par notre chef. C’est incroyable comment il peut cuisiner dans des endroits si étroits, comme des tentes ou structures d’accueil sur le sentier, et avec du matériel si limité.

Gateau lors de la dernière nuit dans le Inca trail
Le gâteau de l’Inca Trail

Les boissons sont également incluses. Chaque jour après le petit-déjeuner et le déjeuner, le personnel prépare un réservoir d’eau bouillie pour garantir qu’elle puisse être bue en sécurité. Chacun peut en prendre deux litres chaque fois. Il est important de bien s’hydrater en buvant de l’eau et du thé pour combattre le mal d’altitude. Pendant les deux premiers jours de randonnée, vous pourrez également tomber sur des petits magasins de locaux qui vendent snacks et boissons.

Comment ça marche avec les toilettes ?

Alpaca Expeditions était une des seules agences qui offrait des toilettes portables, au moment de notre voyage. Il s’agit d’une petite tente montée légèrement en dehors du camp avec une petite toilette chimique. En plus, chaque camp est planté à côté de bâtiments qui incluent aussi des toilettes, parfois en bonnes conditions, parfois en conditions pitoyables et sans papier toilette. Le camp du troisième soir inclut aussi des douches avec de l’eau glacée (Florian s’est douché, mais Marianna n’était pas si courageuse et a préféré rester crade un jour de plus).

Qu’est-ce que nous avons emmené? (vêtements, médicaments etc.)

Le soir avant le départ, nous avons participé à une réunion de préparation au siège de l’agence à Cusco, où on nous a donné un gros sac à remplir avec nos vêtements et affaires. Ce sac ne doit pas dépasser 7 kg ; l’agence va peser les sacs au début de la randonnée et vous devrez transporter tous les kilos en excès dans votre petit sac à dos, donc faites attention. Vous aurez accès à ce sac seulement le soir, puisque il sera transporté par un membre du personnel pendant la journée.

En plus de ce que nous portions (c’est à dire un pantalon de sport, t-shirt en coton, un polaire et coupe-vent léger et chaussures de trekking, très important !), nous avons mis dans le gros sac (rappelez-vous que nous sommes allés au Pérou en hiver) :

    • 1 pyjama d’hiver
    • sous-vêtements et chaussettes de randonnée
    • 3 t-shirts en coton: 2 à manches courtes et une à manches longues (on vous donnera une t-shirt colorée pour le dernier jour de randonnée que vous pourriez mettre à l’arrivée à Machu Picchu)
    • 1 gros pull
    • 1 pantalon de sport de rechange
    • 1 petite trousse avec échantillons de crème, dentifrice et brosse à dent, spray contre les moustiques (que nous n’avons pas utilisé), lingettes.

Rappelez-vous de mettre vos vêtements dans des sachets en plastique, puisque ces sacs ne sont pas complètement étanche. A l’intérieur du gros sac vous devrez aussi mettre le sac de couchage ainsi qu’un petit coussin que l’agence vous donne le premier jour de randonnée, ce qui prend environ la moitié du sac, donc ne le remplissez pas.

Pancarte du début de l’Inca Trail
Pancarte du début de l’Inca Trail

Dans le petit sac à dos que l’on portait avec nous pendant la journée, nous avons mis :

  • 1 gourde et une bouteille d’eau, plusieurs snacks
  • 1 paire de gants (imperméable si possible)
  • 1 pantalon de pluie et un poncho (l’agence nous a donné un poncho en plastique qui se cassait très facilement et une housse pour le sac à dos)
  • 1 petite trousse avec crème solaire, pansements pour les ampoules, médicaments contre la diarrhée, antidouleurs, lingettes désinfectantes. Une chose que nous n’avions pas, mais qui est utile en cas de déshydratation, est les électrolytes de réhydratation
  • papier toilette.

Il n’y a pas d’électricité le long du chemin, donc ramenez des batteries de rechange pour l’appareil photo et une batterie externe portable pour vos téléphones.

Quels documents et combien d’argent faut-il emmener avec soi ?

Rappelez-vous d’emmener avec vous votre passeport valide ; il doit être celui que l’agence a utilisé pour demander le permis d’entrée, sinon on ne vous laissera pas entrer. Si, comme c’était le cas pour nous, vous devez renouveler le passeport après avoir réservé, ne vous inquiétez pas. Réservez avec votre ancien passeport et dès que vous avez le nouveau, envoyez à l’agence le nouveau numéro et elle le mettra à jour sur le permis. Nous vous conseillons cependant d’amener les deux passeports avec vous (ancien et nouveau) au cas où, même si l’ancien ne nous a jamais été demandé.

Vous aurez besoin d’argent dans l’Inca Trail pour acheter de l’eau/des boissons et quelques snacks pendant les deux premiers jours (après il n’y a plus de vendeurs) et pour laisser le pourboire au personnel de l’agence. Comptez à peu près 300 soles chacun pour les pourboires. Vous devrez laisser un pourboire aux deux guides et à chaque membre du personnel. Il peut être étrange pour des personnes non habituées à laisser des gros pourboires comme nous (par culture, pas parce qu’on est radins !), mais il faut tenir en compte que, malgré que l’Inca Trail coûte très cher, les membres du personnel ne perçoivent pas des salaires extrêmement élevés et ils viennent souvent de communautés pauvres. Quoi qu’il en soit, tous les membres du personnel et les guides ont été très sympas et efficaces, donc ils ont bien mérité nos pourboires.

Les porteurs de l’Inca Trail
Les porteurs de l’Inca Trail

Quel niveau de préparation faut-il avoir pour faire la randonnée ?

La randonnée consiste en 45 km et la plus grande difficulté est sûrement l’altitude, ainsi que la répétition de l’effort sur quatre jours. Avant de partir, nous avions fait quelques randonnées sur des collines en portant les chaussures que nous aurions utilisées au Pérou ; ceci est d’autant plus important si vous achetez de nouvelles chaussures.

La chose la plus importante à faire est passer quelques jours à Cusco avant de partir pour s’habituer à l’altitude. Lors de notre voyage au Pérou, nous avons augmenté de façon graduelle l’altitude et nous avons sans doute eu plus des difficultés lors de la randonnée dans le Canyon de Colca. Lors du deuxième jour de randonnée de l’Inca Trail, on atteint 4 200 mètres d’altitude et plus on monte, plus le souffle se coupe et les jambes deviennent lourdes. Suivez votre rythme, les guides vous attendent toujours.

Le mal d’altitude cause un malaise général plutôt grave ; un couple dans notre groupe en a souffert lors des deux premiers jours avec de forts maux de tête et beaucoup de difficultés à marcher. Un autre couple a souffert d’un mélange entre mal d’altitude et intoxication alimentaire et a malheureusement perdu les deux premiers jours de randonnée.

La randonnée comprend des montées et descentes raides ; faites attention à vos genoux et emmenez avec vous ou louez des bâtons de randonnée. Ceci dit, si on y est arrivé, vous pouvez aussi y arriver !

Une des descentes de marches de l'inca trail
Une des descentes de marches
Le gringo killer, Inca Trail
Le gringo killer, Inca Trail

Conclusion

Pour conclure, l’Inca Trail est une de ces expériences que l’on fait une fois dans la vie. Les paysages sont à couper le souffle, les ruines sont charmantes et on respire l’air mystique des montagnes. Les guides vous feront ressentir la sacralité du lieu où vous vous trouvez et le moment où vous arrivez à la porte du soleil et entrevoyez Machu Picchu sera un souvenir que vous garderez toujours (même si le brouillard venait s’inviter). Le seul désavantage peut être que vous vous sentirez un peu coupables de laisser transporter vos sacs et matériel lourds au personnel des agences. On rentre ici dans un champ miné où l’on pourrait soutenir que l’on donne du boulot aux jeunes de la communauté locale, qui d’un autre côté restent toutefois toujours au service du ‘riche touriste’. Avant de partir, nous avons longtemps cherché et avons essayé de choisir une agence qui nous paraissait garantir un traitement équitable de tout son personnel. Les employés dorment dans une maison proche du km 82 avant de partir, organisent des activités entre eux et partent en excursion en février en famille pour visiter le site de Machu Picchu. Par ailleurs, l’agence soutient la communauté avec plusieurs initiatives, comme en construisant des écoles.

En tout cas nous n’oublierons jamais les paysages splendides de l’Inca Trail, ni les personnes qui l’ont rendu possible.

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de